Climat

Après l’Islande, la Suisse enterre aussi un glacier

Une cérémonie se tient ce dimanche pour commémorer le glacier du Pizol. Encore clairement visible en 2006, il fait désormais partie de l’histoire

En août, l’Islande honorait la mémoire de l’Okjökull, son premier glacier officiellement disparu. La cérémonie comportait l’installation d’une stèle marquée de ces mots énigmatiques: «Nous savons ce qui est en train de se passer, et nous savons ce que nous avons à faire. Vous seuls saurez si on l’a fait.»

2500 kilomètres plus au Sud, en Suisse, une cérémonie similaire s’apprête à avoir lieu. Le défunt? Le glacier du Pizol, à Saint-Gall. Il y a 150 ans, il recouvrait une large cuvette montagneuse, il y a 15 ans, il était encore bien visible. Aujourd’hui, un gros tas de neige sale subsiste, pas plus. A 11 heures ce dimanche, une petite procession viendra rendre hommage au défunt tailleur de vallée. Il y aura un aumônier, quelques activistes et Matthias Huss, glaciologue de l’EPFZ.

La tristesse du scientifique

«C’était un peu mon glacier», se remémore ce dernier. Observateur privilégié du lent déclin du monstre de glace, il mesure son épaisseur depuis 2006. «J’ai une relation personnelle avec cet endroit, sa disparition me rend évidemment triste. Mais en tant que scientifiques, nous l’avions vu venir depuis longtemps.» Entre 500 et 1000 glaciers suisses ont déjà disparu depuis 1850, rappelle le spécialiste.

«Nous n’allons pas organiser une cérémonie pour chaque langue de glace fondue, souligne-t-il. Mais le Pizol est bien connu dans la région. Nous l’observons depuis le XIXe siècle, c’est un symbole du réchauffement.» Organisé depuis une année par plusieurs ONG dont Greenpeace, Action de Carême et l’Initiative pour les glaciers, l’événement n’a pas invité de politiciens. En période d’élections fédérales, pourquoi s’en être privé?

Lire aussi: L’initiative sur les glaciers lancée au bon moment

«C’est bien évidemment une manière d’attirer l’attention sur le réchauffement climatique, explique Stefan Salzmann, porte-parole chez Action de Carême. Mais nous pensons que la thématique concerne tout le monde. L’enjeu dépasse largement les frontières partisanes.» La procession funéraire débutera à 10h30 depuis la cabane du Pizol.

Publicité