On dirait une machine à remonter le temps. Sorte de grande armoire blanche haute de 3 mètres et parée de néons bleus futuristes, le nouveau microscope Titan G4 est opérationnel depuis septembre dans le sous-sol de l’Université de Lausanne. Il a coûté près de 10 millions de francs et forme, avec bientôt quatre autres microscopes, la colonne vertébrale du Centre d’imagerie Jacques Dubochet (DCI), qui constituera un pôle de recherche mondial en cryomicroscopie électronique.