La Suisse va-t-elle adhérer au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN) ? A l’image du CICR, qui a été très étroitement lié à l’élaboration du document à New York, la Suisse s’est elle-même impliquée dans les négociations. Plusieurs points qui étaient importants pour elle n’ont toutefois pas été retenus. Le traité interdit le développement, la production, les essais, l’acquisition, le stockage, le transport, le déploiement et l’utilisation d’armes nucléaires. Aujourd’hui, le Conseil fédéral n’a toujours pas donné suite à une motion adoptée en 2018 par le parlement l’exhortant à signer au plus vite le TIAN. Il fait l’objet de critiques acerbes des partisans du traité qui ne comprennent pas pourquoi la Suisse, qui abrite le CICR, gardien des Conventions de Genève, ne s’exécute pas tout de suite afin d’être cohérent avec les principes sous-tendant la politique étrangère suisse.