■ Asile: un plan d'accueil d'urgence confidentiel sera discuté lundi

En matière d'asile, la NZZ am Sonntag dévoile un accord de coordination confidentiel entre la Confédération et les cantons qui sera discuté lundi. Son délai de mise en oeuvre n'est pas encore fixé. Le gouvernement fédéral se prépare à un afflux soudain de réfugiés et prévoit de les répartir rapidement dans les cantons, par le biais d’un processus accéléré. Il souhaite également augmenter ses propres installations d'hébergement pour accueillir au besoin jusqu'à 15 000 réfugiés, même si la nouvelle loi sur l'asile poursuit d'autres objectifs. Le rapport confidentiel sera présenté lundi aux directeurs cantonaux de Justice et police. Il est prévu que Simonetta Sommaruga et Guy Parmelin y apportent la touche finale la semaine prochaine.

La Suisse a essayé en vain ces derniers mois de renvoyer plusieurs centaines de demandeurs d'asile en Slovénie et en Croatie, indique la NZZ am Sonntag. Malgré les accords de Dublin, les deux pays ont refusé de les reprendre. La Suisse a demandé des explications pour savoir si les réfugiés s'étaient inscrits dans ces pays ou n'avaient fait que les traverser. Si les migrants ne font passer par le pays sans contact avec les autorités, leur cas ne relève pas de ces pays, explique une porte-parole de Secrétariat d'Etat aux migrations.

■ La conseillère nationale schwyzoise candidate à la présidence du PLR suisse

La NZZ am Sonntag, encore, décrit l'accueil réservé à Petra Gössi samedi à Bâle, par les femmes PLR. Celles-ci apportent leur soutien à sa candidature à la tête du parti, malgré sa ligne politique conservatrice.

Invitée samedi à Bâle à une table ronde qui avait pour thème «la liberté de la femme», il s'agissait pour la conseillère nationale schwyzoise de sa première comparution devant le parti depuis l'annonce de sa candidature. Celle qui est contre la mise en application des contrôles pour l'égalité salariale et contre les quotas de femmes en entreprise a reçu un accueil réservé de l'assemblée. Le jeune Valaisan Philippe Nantermod est l’unique candidat déclaré à ce jour à la succession d’Isabelle Moret pour l’une des deux vice-présidences romandes, l’autre étant assurée par le Genevois Christian Lüscher. 

■ Se faire soigner en «homes» hongrois

Les maisons de retraite hongroises attirent les retraités suisses, titre la NZZ am Sonntag, grâce à des coûts plus bas et de meilleurs traitements.

Alors qu’en Suisse, les coûts moyens mensuels d’une pension en maison de retraite s’élèvent à 8500 francs, dont 5600 financés par le retraité lui-même, la Hongrie offre ses services allant de 1700 à 2500 francs par mois. Le personnel soignant y parle allemand, attirant des Suisses, des Autrichiens et des Allemands. La pratique s’étend à la République tchèque, à la Slovaquie et à la Pologne.

■ Le coût des vols spéciaux

La Suisse paie trois fois plus que l'Europe pour renvoyer les requérants d'asile déboutés, titre le Matin Dimanche. Les vols spéciaux organisés par Berne vers le Nigeria coûtent entre 11'000 et 14'000 francs par personne, révèle un rapport de juin 2015 du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Le même vol organisé par l'agence européenne Frontex se monte à 3000 francs.

Lire aussi: L'interview de l’ambassadeur des migrations, Eduard Gnesa

«Cela s'explique par la prise en charge par Frontex des frais d'affrètement d'aéronefs lors de vols communs», explique une porte-parole du SEM. Le rapport, qui recommande un plus grand recours aux vols de Frontex, relève aussi que cette pratique permet à la Suisse de renvoyer des migrants vers un plus grand nombre de pays.

■ Le discours du président Schneider-Ammann n'a pas été visionné par son porte-parole avant diffusion

Retour sur le discours du président de la Confédération Johann Schneider-Ammann: une moquerie mondiale, titre le SonntagsBlick. La révélation du jour: son chef de l'information, Noé Blancpain était absent lors de l'enregistrement et ne l'a pas écouté avant diffusion.

■ Les arrivées de requérants d'asile mineurs explosent

L'arrivée de réfugiés mineurs seuls en Suisse a explosé ces dernières années, explique Le Matin Dimanche.

En 2015, ils étaient 2736, indique le Secrétariat d'Etat aux migrations, trois fois plus qu'en 2014 et huit fois plus qu'en 2013. 86 d'entre eux se sont enfuis des foyers l'an passé. Plusieurs raisons poussent les adolescents à partir. L'une d'elles est la peur d'être renvoyé. Dans d'autres cas, la famille envoie l'enfant en Europe, car elle sait qu'il pourra y rester. "Le jeune subit alors une forte pression de ses proches qui attendent de lui de l'argent", explique Stéphanie Kurt, chercheuse à l'université de Neuchâtel. 

Christoph Blocher, favorable à un subventionnement des centrales nucléaires

Dans la SonntagsZeitung, l'ancien conseiller fédéral UDC estime toutefois que ce n'est pas une «bonne idée» mais que, comme les énergies renouvelables ont été subventionnées, les autres doivent aussi être soutenues. Ainsi, «le dommage est le plus petit possible», explique Christoph Blocher. «On devrait réduire le prix du courant de tous les producteurs, afin qu'ils redeviennent compétitifs».

Les cantons de montagne n'entendent pas renoncer à la redevance hydraulique malgré la situation précaire de l'industrie électrique, indique la NZZ am Sonntag. «Si nous abandonnons la redevance, nous favoriserons des entreprises qui ont leur siège en plaine et qui ne nous appartiennent pas», déclare Mario Cavigelli, le président de la Conférence gouvernementale des cantons alpins et conseiller d'Etat grison. Le secteur de l'hydroélectricité subit actuellement de plein fouet les bas tarifs de l'électricité. Mario Cavigelli propose d'instaurer un système de quota, par lequel la Confédération impose un mélange de courants. «Si l'on veut favoriser un type d'énergie, nous n'avons qu'à augmenter le quota», poursuit-il.

■ À Genève, des casseurs identifiés

La police genevoise a arrêté ces trois derniers jours trois personnes, deux hommes et une femme, soupçonnées d'avoir participé aux déprédations du 19 décembre à Genève lors d'une manifestation non autorisée réclamant plus de moyens pour la culture alternative, affirme Le Matin Dimanche. Des casseurs, qui ont notamment vandalisé la façade du Grand Théâtre, ont commis des dommages pour plusieurs centaines de milliers de francs. Selon le député du MCG Jean Sanchez, les trois suspects «dirigeaient le cortège». L'un des hommes appartient à la mouvance anticapitaliste des «black bloc». La femme serait, elle, très proche, voire membre du centre culturel alternatif L'Usine.

■ Retrait politique d'Eric Stauffer

Le fondateur du Mouvement citoyen genevois (MCG), Eric Stauffer, annonce au Matin Dimanche son retrait définitif de la vie politique d'ici à 18 mois au maximum. «J'estime avoir fait mon temps», déclare-t-«Cela fait onze ans que j'ai donné une énergie absolument démentielle à la chose publique», mais travailler quatorze heures par jour" n'est pas compatible avec une activité professionnelle responsable", précise le député au Grand Conseil genevois.