Ophtalmologie

Les assureurs ont fait leurs calculs

Les caisses maladie estiment que le conseiller fédéral Alain Berset a raison de diminuer les tarifs des ophtalmologues. Curafutura parle d’une baisse de revenus de 10%

Combien coûte réellement une opération de la cataracte en Suisse, combien coûtera-t-elle si la révision annoncée par Alain Berset entre en vigueur telle quelle début 2018, et quel sera l’impact sur les honoraires des ophtalmologues?

Au Groupe Mutuel, par exemple, on estime également à un peu plus de 3000 francs le remboursement pour une opération de la cataracte. Mais l’assureur valaisan applique aussi des forfaits pour certains établissements, qui varient entre 2300 et 2800 francs environ. Membre de Santésuisse, il préconise d’ailleurs d’en finir avec Tarmed pour les prestations médicales ambulatoires les plus fréquentes, comme l’opération de la cataracte, et de fixer une somme globale.

Lire aussi: La cataracte dans l’œil du cyclone

Les conséquences concrètes de la révision

Autre association d’assureurs, Curafutura (CSS, Helsana, KTP, Sanitas) estime pour sa part qu’une opération de la cataracte coûte aujourd’hui en moyenne 2400 francs, à la charge de l’assurance de base. Plus précisément, ce montant comprend la prestation du médecin (PM), soit son salaire, ainsi que la prestation technique (PT), soit le salaire du personnel, les locaux, etc. Et surtout le matériel, dont l’implant intraoculaire, qui représente plus de la moitié de ce montant.

Curafutura a analysé les conséquences concrètes de la révision de la grille Tarmed. La rémunération globale pour une opération de la cataracte pourrait être réduite de plus de 20%, estime l’association, relativisant ainsi l’effort demandé. Car c’est l’acte médical (PM) en tant que tel qui est surtout revu à la baisse. Sa grille montre une diminution de 72,8% pour l’opération de la cataracte, qui passe de 772.06 à 209.92 points tarifaires, la valeur d’un point représentant environ 0,9 centime. «Mais il ne s’agit que d’une position parmi d’autres pour les ophtalmologues», explique Pius Zängerle, directeur de Curafutura.

En tenant compte de la globalité du travail accompli, les revenus des ophtalmologues devraient baisser de 10%.

Tarmed est en effet composé de 4500 positions. Chaque acte y est référencé, ainsi que sa valeur. Comme d’autres médecins, les ophtalmologues facturent toute une série d’autres prestations, par exemple la consultation. «En tenant compte de la globalité du travail accompli, les revenus des ophtalmologues devraient baisser de 10%», estime Pius Zängerle, rappelant qu’il s’agit de spécialistes figurant parmi les mieux rémunérés.

Autre remarque, la surévaluation de l’opération de la cataracte est dénoncée depuis longtemps. En 2010, le Contrôle fédéral des finances le mentionnait déjà dans un rapport. «Or il ne s’est rien passé depuis», regrette le directeur de Curafutura, qui soutient les mesures présentées en mars par Alain Berset.

Publicité