Fait divers

Attaque à la hache à Flums par un adolescent à l’esprit troublé

Dimanche soir, dans ce petit village du canton de Saint-Gall, un jeune homme de 17 ans sans motif apparent s'en est pris à un couple qui se promenait sur la place avec une poussette. Il a poursuivi sa course sanguinaire, laissant derrière lui sept blessés et de nombreuses questions

Le village de Flums dans le canton de Saint-Gall est sorti de sa torpeur dimanche soir, peu après 20h. Un jeune homme de 17 ans armé d’une hache a agressé sept personnes avant d’être arrêté par la police, qui a dû faire feu pour mettre fin à sa course sanguinaire.

Les mobiles de son geste restent à ce jour inconnus, les autorités écartent tout motif politique. Quelques mois plus tôt, le jeune homme, un Letton installé en Suisse depuis quatre ans, avait fait l’objet d’enquêtes psychiatriques pour son «comportement suspect». Mais jusqu’ici, il n’avait encore jamais proféré de menace ciblée. Sur Internet, en revanche, il s’était constitué un profil aux références morbides.

Sept blessés

Ivan*, 17 ans, s’en est pris d’abord à un couple sur la Postplatz au centre de ce village de 5000 âmes, blessant un homme de 35 ans et son épouse de 30 ans, ainsi que leur bébé, tombé de sa poussette durant l’attaque. Témoin de cette scène, un homme de 72 ans et son épouse de 59 ans ont tenté de s’interposer. L’assaillant les a repoussés avant de prendre la fuite dans leur voiture. Sa course n’aura pas duré longtemps: il a eu un accident quelques mètres plus loin et quitté le véhicule à pied, en direction d’une station-service.

Là, il a attaqué trois femmes de 21, 27 et 44 ans, qu’il a légèrement blessées, avant que n’intervienne la police cantonale. Les agents ont dû s’y prendre à plusieurs reprises pour maîtriser le jeune homme, qu’ils ont d’abord tenté d’immobiliser à l’aide de tasers. Comme il n’obtempérait pas, ils ont tiré plusieurs coups de feu et ont finalement pu emmener le suspect, blessé au cours de l’opération.

«Fantasmes de violence»

Les autorités ont donné quelques bribes d’informations sur le profil de l’auteur lors d’une conférence de presse à Saint-Gall lundi. Il s’agit d’un Letton arrivé en Suisse de Riga il y a quatre ans, au bénéfice d’un permis B. Il vit à Flums avec ses parents et réalise un apprentissage dans un métier artisanal. Ivan* ne s’était jamais fait remarquer, jusqu’au mois de juin dernier, lorsque son «comportement suspect» a fait l’objet d’un premier signalement par des éducateurs du Service de l’enfance et de la jeunesse.

En septembre, c’est au tour de l’école professionnelle d’attirer l’attention sur le jeune homme en raison de «fantasmes de violence», à propos desquels la police ne donne pas davantage de détails. Les autorités ont activé le groupe d’intervention de crise du Service psychologique scolaire pour tenter de déterminer si Ivan* représentait une menace pour autrui.

Après des entretiens avec l’apprenti, ses parents et ses enseignants, les spécialistes en ont déduit que l’adolescent ne représentait pas de danger imminent et que des mesures de contraintes n’étaient pas nécessaires. «Le suspect n’a pas exprimé de menace concrète contre une personne en particulier, ni contre lui-même», précise Stephan Ramseyer, procureur des mineurs.

Profil glaçant

Le Letton laissait libre-cours à ses fantasmes de violence sur Internet, indique le Blick sur son site. Le quotidien a déniché le profil du jeune homme sur le réseau VKontakte, l’équivalent russe de Facebook. Sous une photo d’une créature mi-homme, mi-humaine digne d’un film d’horreur, il dit travailler pour Al-Qaida ou encore pour l’entreprise «boucherie d’enfant SA» et prétend que son grand-père s’appelle Adolf Hitler.

Son livre favori? Mein Kampf. Sa date de naissance: le 1er septembre 1939, qui correspond au premier jour de la Seconde Guerre mondiale. Il aurait encore écrit: «Je suis mourant d’un cancer. De nombreuses personnes n’apprécient pas mes blagues sur la violence et la maladie.»

 *Prénom d’emprunt

Publicité