La police a bouclé lundi une partie de la vieille ville de Schaffhouse à cause d’un inconnu qui a blessé plusieurs personnes avec une tronçonneuse, dont une très gravement. Des habitants ont dû quitter leur appartement et des magasins ont fermé les portes. La vieille ville a été progressivement libérée lundi en fin de journée.

L’homme armé d’une tronçonneuse est toujours en fuite et est activement recherché. Il a été identifié comme Franz Wrousis, 51 ans, et est décrit comme très dangereux. Il serait sans domicile fixe et vivrait aujourd’hui «dans les bois», comme l’a affirmé la police schaffhousoise lors d’une conférence de presse.

Au moins deux hélicoptères, un suisse et un allemand, survolent la région à la recherche du suspect, selon Blick. La police semble penser que l’assaillant se cache toujours dans ou aux environs de la ville.

L’alerte a été donnée à 10h29, après que l’homme a pénétré dans un immeuble de bureaux du centre-ville qui abrite plusieurs assurances et des avocats.

L’agresseur visait une filiale de l’assureur CSS, un des trois grands de l’assurance maladie en Suisse, selon plusieurs médias alémaniques. «Ce sont deux collaborateurs de chez nous qui ont dû aller à l’hôpital», a expliqué une porte-parole du groupe au Blick. La CSS cherche à établir si les trois autres blessés sont des clients de sa filiale. La police et la justice schaffhousoises ont confirmé en conférence de presse que l’attaque était liée à la relation entre le suspect et l’assurance.

D’importants effectifs de police ont été mobilisés pour tenter de trouver Franz Wrousis, qui s’était déjà enfui au moment où la police est intervenue lundi dans les bureaux de la CSS. Plusieurs ambulances et un hélicoptère de la Rega sont aussi intervenus.

La police confirme que le suspect en fuite est armé d’une tronçonneuse et conseille aux habitants de se tenir à l’écart du périmètre d’intervention. Selon plusieurs médias alémaniques, la voiture du suspect, une VW Caddy blanche, a été retrouvée.

La police a précisé que l’homme avait déjà été condamné en 2014 et 2016, dans les cantons de Berne et Lucerne, pour des infractions à la loi sur les armes, a déclaré le procureur de Schaffhouse, Peter Sticher, en conférence de presse.

Selon les communiqués de la police, l’homme est grand, environ 190 cm, partiellement chauve et présente une apparence «peu soignée». Il circulait dans une VW Caddy blanche avec des plaques d’immatriculation grisonnes. La police le considère comme dangereux, mais exclut la piste d’un acte terroriste. Elle a précisé que l’homme avait annoncé son départ du canton des Grisons il y a quelques semaines, sans donner de nouveau domicile.

Il aurait ensuite dormi plusieurs semaines dans sa voiture près de Uhwiesen, juste à côté de Schaffhouse dans le canton de Zurich, selon le président de la commune interrogé par 20 Minuten. L'homme apparaissait parfois au village pour faire des courses avant de retourner dans sa voiture, décrite comme bourrée de vieux matelas, d'un peluche d'ourson et d'ordures. Il aurait insulté des promeneurs qui le croisaient et qui auraient signalé son comportement inquiétant à la police. Ses plaques d'immatriculations lui auraient été retirées – sans pouvoir empêcher sa razzia sanglante de lundi matin.

En soirée, des journalistes ont entendu des coups de feu dans les bois près de Uhwiesen où vivait Franz Wrousis, suggérant que la traque approche peut-être de sa fin.