Vous connaissez sans doute déjà le principe de la compensation carbone: lorsque vous achetez un billet d’avion, par exemple, vous pouvez payer un supplément afin de financer des projets de réduction d’émissions de CO2 qui viendront contrebalancer vos émissions. Une méthode qui permet d’alléger votre propre bilan écologique… sans pour autant renoncer à certaines activités polluantes.

Cette approche occupe une place importante dans la politique climatique helvétique. Alors que la Suisse s’est engagée à réduire ses émissions de moitié d’ici à 2030, par rapport à leur niveau de 1990, jusqu’à un quart de cette réduction pourrait être réalisée à l’étranger, selon la nouvelle loi sur le CO2. C’est dans cette optique que le Conseil fédéral vient d’approuver deux accords compensatoires, l’un avec le Pérou le 20 octobre, l’autre, tout dernièrement, avec le Ghana le 18 novembre.