Il a aussi fait 38 degrés à Nyon (VD), où l’ancien record était de 36,3, atteint dimanche passé et en 2003, a indiqué meteonews. Le mercure a indiqué 37,7 degrés à Neuchâtel (ancien record: 36,5 en 1921), 37,4 à Payerne (VD/37,2 en 2003), 29,9 à La Frétaz (VD/29,8 en 2003) et 28,2 à Evolène (VS/27,9 en 2012). Le record de Sion – 37,8 en 2003 – a été égalé.

La température la plus élevée jamais atteinte en Suisse est de 41,5 degrés, à Grono, dans le val Mesolcina (GR), lors de la canicule de 2003.

Une des meilleures façons de se rafraîchir consiste encore à faire trempette. Et les baigneurs pourront continuer à plonger dans les bassins sans se prendre la tête. «L’ensemble des piscines à Lausanne sont gérées par des pompes calibrées qui injectent ce qui est nécessaire pour que la qualité de l’eau reste la même», explique Christian Barascoud, gérant des piscines de la capitale vaudoise.

A sa connaissance, «tout est automatique en Suisse». Il note de fait une grosse augmentation des produits d’entretien comme le chlore ainsi que de l’apport d’eau fraîche dans les bains.

Et sur ce dernier point, le gérant ne craint pas de restriction. En 2003, il avait fait plus chaud plus longtemps et les piscines avaient pu continuer leurs traitements, souligne-t-il. Il rappelle par ailleurs que l’hygiène de l’eau des bassins est régulièrement contrôlée dans la journée par les piscines elles-mêmes et des visites inopinées sont programmées par les cantons.