Le site Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn (JAB), classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis décembre 2001, fait l'objet d'un nouveau plan de management, présenté mardi à Berne. De 15, le nombre de communes bernoises et valaisannes participant au plan de gestion de cette région est passé à 26. L'organisation intercantonale entend réaliser 21 projets qui s'inscrivent dans le développement durable.

L'élaboration d'un tel dossier était en 2001 la condition sine qua non à l'accès du site au statut de patrimoine mondial. L'Unesco avait alors exigé un plan de management aux objectifs et aux mesures de protection clairs, afin de préserver le biotope unique autour du plus grand glacier d'Europe.

Les trois éléments majeurs pris en compte par le plan de management sont l'économie, la société et l'environnement. De ce fait, la fondation JAB compte protéger l'unicité écologique du site tout en exploitant son potentiel économique et touristique. Ce qui lui a attiré les foudres de bon nombre d'organisations de protection de l'environnement.

Protestations

Malgré les protestations d'une dizaine d'associations, comme Pro Natura, le document ne contient aucune mesure de protection de l'environnement supplémentaire. La conservation du site continue d'être assurée par diverses lois fédérales, la charte de la fondation JAB et l'inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d'importance nationale (IFP).

Comme souhaité par l'Unesco, et après d'intensives négociations avec les communes impliquées, le périmètre a pu être porté fin 2004 de 540 à 822 km2, en recouvrant désormais 26 communes de l'Oberland bernois et du Haut-Valais. La superficie de la zone protégée a donc augmenté de plus de 50%.

Neuf projets ont été lancés le mois passé autour de thèmes tels que «l'aménagement intégral de la circulation», «la configuration de l'offre touristique», «les offres agricoles», ou encore «le financement équilibré du JAB». Les 12 autres sont en phase de préparation et suivront dans un futur proche.

La fondation Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn prévoit en outre d'investir 10 millions de francs dans un «Dialogcenter». La commune de Naters a décidé de mettre à la disposition de la fondation un terrain d'une valeur de 1,5 million de francs. D'après le conseiller national Jean-Michel Cina (PDC/VS), membre du comité du Dialogcenter, les locaux devraient accueillir non seulement les bureaux de l'association du patrimoine mondial de l'Unesco, mais aussi un musée de la garde pontificale suisse. Naters espère ainsi inciter les autres communes du JAB à se doter de centres reflétant leurs propres spécificités, de manière à aboutir à un réseau de centres d'information sur l'ensemble du site.