Pas question d’imposer depuis Berne une meilleure coordination entre l’école des recrues et le début des études. Par 9 voix contre 4, la commission de la politique de sécurité du Conseil des Etats prône le rejet d’une motion du National, annonce-t-elle ce mardi.

Pour cette majorité, les cantons doivent garder l’entière compétence de fixer le calendrier des études. La commission sénatoriale invite toutefois le Conseil fédéral à trouver, de concert avec les cantons, les universités et les hautes écoles supérieures spécialisées, une solution «consensuelle» permettant de mieux coordonner l’école de recrues et les études supérieures.

La motion adoptée par le Conseil national voulait attribuer cette tâche au Conseil fédéral. Le but était d’éviter que les bacheliers n’aient besoin de perdre une année avant de commencer leurs études. L’école de recrues aurait dû être fractionnée de manière à ce que les étudiants aient suffisamment de temps pour suivre les cours et se préparer aux examens.