La réforme AVS arrive à terme. Le National a rallié le Conseil des Etats sur un élément important: le modèle de compensation, légèrement remanié par la Chambre des cantons, est acquis. Il ne reste plus qu'une divergence qui concerne les effets sur la rente complémentaire. Le Conseil des Etats avait légèrement affiné certains paramètres du modèle de compensation pour la génération de femmes les plus touchées par le relèvement de l'âge de la retraite. Il avait en particulier relevé les montants des suppléments pour celles qui partent à l'âge de référence, mais durci les taux de réduction des rentes anticipées.

L'UDC a tenté en vain de maintenir des montants plus modestes, tels que prévus à l'origine par le National. Sa proposition a échoué par 104 voix contre 81. Le parti conservateur n'a trouvé que le soutien du PLR.

L'idée de faire participer la BNS au financement de l'AVS était elle écartée d'office. Le Conseil des Etats a en effet refusé par deux fois d'entrer en matière sur cette proposition. Une décision qu'a regrettée Katharina Prelicz-Huber (Vert·e·s/ZH) pour qui toute source de financement aurait été bienvenue en faveur des femmes.

A ce sujet: La réforme des retraites dépendra des compensations

Une divergence subsiste

En revanche, le National maintient encore une différence dans la réforme AVS. Pour les députés, il ne faut pas prendre en compte le supplément qui sera versé aux femmes de la génération de transition dans le calcul des rentes complémentaires. La décision a été prise tacitement.

Ce dernier point sera tranché mercredi en conférence de conciliation. La réforme est sur le point d'être bouclée. Le parlement s'est déjà mis d'accord sur l'essentiel.

L'essentiel de la réforme

Les femmes travailleront jusqu'à 65 ans avant de prendre leur retraite. Des compensations accompagneront cette hausse pour les femmes les plus touchées par ce relèvement. Une période transitoire de neuf ans est prévue. La retraite anticipée pourra être prise au maximum trois ans avant l'âge de référence, le taux TVA sera relevé de 0,4 point pour financer l'assurance. La gauche estime ce paquet insuffisant et a d'ores et déjà prévu un référendum.