Le Conseil fédéral a enfin tranché. Il n’enverra aucun de ses membres pour représenter la Suisse à la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pékin le 4 février prochain, à laquelle il déléguera son ambassadeur sur place, Bernardino Regazzoni. Le gouvernement se garde pourtant bien de parler de «boycott», préférant prétexter la pandémie de coronavirus, à savoir «des restrictions sanitaires qui en Chine empêcheraient des rencontres bilatérales substantielles ou de réels contacts avec les athlètes».