Trois mois jour pour jour après l’enterrement de l’accord-cadre avec l’UE, le laboratoire d’idées Avenir Suisse lance un «moniteur de l’érosion de la voie bilatérale». Son but: rendre visible l’invisible, soit ces emplois qui, au compte-goutte, seront selon toute vraisemblance délocalisés dans les pays voisins. C’est la raison pour laquelle Avenir Suisse enjoint au Conseil fédéral de reprendre rapidement les négociations avec l’UE dans le but de conclure des «bilatérales +» incluant un cadre institutionnel.