Surtout, ne pas jubiler. Le point de presse habituel de l’Office fédéral de la santé publique, ce mardi, a eu lieu dans un climat inédit depuis des semaines: deux bonnes nouvelles le même jour. Il y a eu l’homologation du vaccin de Moderna et les chiffres du jour, avec une baisse sensible des hospitalisations, des décès et des nouveaux cas: 2851, contre une moyenne quotidienne de 4005 la semaine passée. Responsable de la section de gestion de crise de l’Office, Patrick Mathys admet qu’il souffle «un peu d’optimisme», mais s’empresse de signaler que «les niveaux restent élevés» et qu’il faut se méfier des effets du ou des variants.

Notre suivi de la journée du 12 janvier

Les inconnues des variants

Les inconnues liées aux nouvelles souches sont lourdes: l’OFSP parle de 86 cas de la nouvelle souche repérés, mais aussi de 36 mutations révélées par les analyses, qui ne peuvent pas être attribuées aux variants connus. Pour bien souligner son propos, Patrick Mathys brandit les courbes affolantes des contaminations au Royaume-Uni et en Irlande, en forte ascension depuis décembre. Le second pays est d’ailleurs ajouté à la liste rouge de l’OFSP.

Nora Kronig, la vice-directrice de l’Office, insiste: les nouvelles du jour «donnent un signal très positif, mais il est important de conserver les mesures. Nous partons du principe que nous en avons pour quelques mois encore de responsabilité collective.»

Une position délicate

C’est la position délicate des responsables sanitaires, redoutant de crier victoire trop tôt, tenant à refréner les enthousiasmes naissants et à répéter les recommandations à la population. Après tout, le Conseil fédéral devrait annoncer mercredi une prolongation des fermetures dans la restauration, les sports et la culture alors que la fronde gronde.

Autant Nora Kronig que Christoph Gerber, président de la Commission fédérale pour les vaccinations, admettent une montée des «impatiences» dans la population par rapport aux campagnes de vaccination. Le rythme, souligne la première, est limité par le tempo de la distribution des fioles. Les données précises du nombre de personnes traitées par canton commencent à peine à être fournies. Le second insiste sur le fait que l’ordre d’administration des sérums – seniors en EMS, personnels de santé et patients à maladies chroniques d’abord – demeure intangible. Les gens hors de ces catégories doivent, «par respect», se montrer «patients».

Lire aussi:  Ces indispensables fioles dont la pénurie menace la vaccination

A Swissmedic, le vice-directeur Philippe Girard s’insurge contre le «mauvais procès» à propos des retards reprochés aux instances fédérales. «Nous avons vite reconnu le vaccin Pfizer et venons quelques jours après l’UE pour le Moderna, c’est une bonne performance.» La prochaine validation ne viendra pas avant «des semaines», mais celle de cette semaine «devrait contribuer à maîtriser la pandémie», assure-t-il. Patience, cependant.

Découvrez notre dossier sur les enjeux de la vaccination