Le délai pour le dépôt des candidatures en vue de la succession d’Albert Rösti à la présidence de l’UDC échoit ce samedi 1er février. Or, le parti se trouve dans une situation très inhabituelle. Les candidates et candidats ne se bousculent pas au portillon. Au contraire, plusieurs personnes pressenties ont fait savoir qu’elles renonçaient.