Un certain flou régnait autour du complexe de cinéma multisalles Ciné-Village, au centre Balexert de Genève. A fin mai, Village Roadshow, la société australienne qui exploite le site, indiquait que ses activités en Europe n'atteignaient pas les buts fixés, laissant entendre que certains cinémas pourraient être vendus, voire fermés (LT du 18 août). La vacance à la tête de Ciné-Village Balexert (l'ex-directeur Marcel Wieland a quitté son poste pour rejoindre le concurrent Métrociné) n'a fait qu'ajouter aux craintes liées à cette situation. Chief Operating Officer (directeur exécutif) de Village Roadshow pour l'Europe, George Livery, que nous avons atteint vendredi, précise les intentions de son groupe.

Le Temps: Vous affirmez que vos cinémas européens ne dégagent pas les résultats attendus. Qu'allez-vous faire à Genève?

George Livery: Comparé à l'ensemble de nos activités européennes, qui sont effectivement au-dessous de nos attentes, Balexert se débrouille plutôt bien. Nous tablons sur 800 000 entrées annuelles d'ici à novembre. Nous investissons actuellement 4,5 millions de francs dans la deuxième phase de notre complexe, qui est déjà le plus important de Suisse et auquel nous allons ajouter trois salles en novembre. Nous venons de nommer un nouveau directeur général, Charles Vinzio, un Genevois actif dans le secteur des biens de consommation.

– Et vos autres projets suisses?

– Ils sont toujours en cours. C'est un processus assez lent, car nous rencontrons beaucoup d'oppositions, déposées essentiellement par des concurrents pour nous empêcher de nous développer.

– Quelles mesures allez-vous prendre en Europe pour contrecarrer la tendance décevante que vous évoquiez?

– Au niveau administratif, nous avons déjà fermé notre quartier général en Grande-Bretagne, pour tout concentrer à Melbourne. En Allemagne, nous étudierons toute offre de reprise. Nous nous fixons des objectifs de rendement très élevés et nous voulons nous focaliser sur les marchés où nous pensons les atteindre. Nous allons ouvrir un multisalles à Paris-Billancourt en février prochain, puis à Roubaix, à Bayonne et dans une quatrième ville française. En Grèce, nous ajoutons six sites aux quatre actuels, en République tchèque nous ouvrons trois cinémas, et neuf en Grande-Bretagne.