Perchés sur les tribunes des visiteurs, des activistes ont déroulé vers 16h30 une banderole sur laquelle était écrit «Pay the Debt of the global South» (payez la dette des pays du Sud). Ils ont également envoyé sur les parlementaires une lettre sous forme d’avions en papier.

Lire aussi: Bloquer brièvement la route pour le climat, passe encore, estime la justice vaudoise

Ils y demandaient à la Suisse de voter pour «l’annulation de la dette des pays du Sud» lors de la réunion annuelle de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI), en octobre aux Etats-Unis. Les pays du Sud sont les moins responsables de l’excédent d’émissions mais sont les plus touchés par ses effets, a écrit le mouvement dans un communiqué diffusé jeudi soir.

Lire aussi: Un collectif d’avocats se met au service de l’écologie suisse

Les débats ont dû être brièvement interrompus. La présidente du National, Irène Kälin, a rappelé à l’ordre les perturbateurs. Les activistes ont ensuite été évacués par les forces de sécurité et leur identité relevée.

Interrogés par l’agence Keystone-ATS, les services du Parlement ont mentionné l’implication de sept personnes. Il n’est pas possible de contrôler manuellement tous les bagages, a précisé un porte-parole. Le contrôle à l’entrée veille à ce qu’aucun objet dangereux ne soit introduit dans le bâtiment.

Lire aussi: Renovate Switzerland interpelle Guy Parmelin et Simonetta Sommaruga