Conseil Fédéral

Pour les banques, le bilan d'Eveline Widmer-Schlumpf est «assez équilibré»

Patrick Odier, président de l'Association suisse de banquiers, réagit à la démission d'Eveline Widmer-Schlumpf, qu'il a côtoyée de près ces dernières années

«J’ai eu la chance de pouvoir maintenir un canal de communication ouvert avec Madame Widmer-Schlumpf. C’était important, voire essentiel, au vu de ce qu’a vécu la place financière helvétique au cours des années écoulées. Elle a su maîtriser des dossiers complexes, qui ont permis un changement de paradigme pour notre secteur. Cela n’a pas été facile pour elle, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit facile pour qui que ce soit. Or, nous sommes parvenus à trouver des solutions et des compromis importants dans des dossiers cruciaux comme le «too big to fail» ou l’échange automatique d’informations. Son bilan est à mon avis assez équilibré.

Il faut maintenant se tourner vers l’avenir. Son successeur devra avoir une vision claire de ce que doit être le rôle de la place financière aujourd’hui, de l’importance pour l’économie suisse de disposer d’une place financière forte. Il devra également être capable faire respecter l’état de droit en suisse et de faire valoir la sécurité juridique dont l’économie a besoin. Enfin, ce devra être quelqu’un qui partage l’esprit d’entreprise et d’innovation de notre secteur.»

Publicité