Bon vivant, le sens de l'humour, n zeste d'excentricité. On le prendrait pour un «plaisancier» si une rigueur toute germanique ne s'imposait pas quand il se lance dans un projet. Samih Sawiris n'a pas le profil type de l'homme d'affaires. La tenue qu'il affectionne le plus, c'est le maillot de bain. Samih Sawiris est un amoureux de la mer. Tous les jours, quand son emploi du temps le permet, le jeune homme d'affaires de 48 ans se jette à l'eau.

Ce pied marin l'a mené où il est. Après des études à l'école évangélique allemande du Caire (1976) et un diplôme d'ingénierie économique de l'université technique de Berlin (1980), Samih rentre au Caire où il fonde sa première société: la «National marine boat factory».

Entre-temps, l'entreprise familiale de bâtiments et travaux publics Orascom a profité de l'Infitah» (ouverture économique après des décennies de dirigisme style pays de l'Est) pour croître et se diversifier. Samih qui est le cadet de trois frères se voit confier la branche maritime.

La vente de bateaux, de moteurs et d'équipement portuaire permet à Samih de se mesurer aux espadons de la mer Rouge. Une région encore désolée à cause des guerres successives entre l'Egypte et Israël. Mais le traité de paix rendra cette région à la vie civile.

Samih comprend vite son potentiel. Connaissant parfaitement la côte, il jette son dévolu sur une presqu'île à la mangrove luxuriante: El Gouna. Le terrain est acquis en 1989. Ce sera un des plus grands projets de développement touristique du Proche-Orient et d'Afrique.

Aujourd'hui, on ne compte plus les hôtels et les villages touristiques entourant le golf 18 trous de Gouna. Samih Sawiris dirige la branche tourisme et hôtellerie de l'empire Orascom (télécoms, BTM, informatique, finances etc.) qui pèse plusieurs milliards de dollars. L'Orascom Hotel & Development est le plus grand consortium hôtelier d'Egypte.

Mais l'appétit de Samih ne s'est pas arrêté à la vallée du Nil. Il s'est lancé dans de grands projets touristiques et de promotion immobilière dans le Golfe et au Yémen. Comme son frère aîné Naguib qui a acquis un des trois opérateurs de téléphonie mobile italiens, Samih Sawiris s'élance désormais vers l'Europe.