La conseillère vaudoise d’Etat Béatrice Métraux a annoncé cet après-midi des mesures de sécurité immédiates après l’évasion violente de deux détenus des Etablissements de la plaine de l’Orbe, jeudi soir. Les dossiers des détenus seront passés au crible afin de détecter leur éventuelle appartenance à une organisation criminelle.

«La situation est exceptionnelle», a déclaré la cheffe du Département de l’intérieur. «Il s’agit d’une invasion plutôt qu’une évasion, orchestrée par une bande organisée lourdement armée qui a mis le personnel pénitentiaire et sécuritaire en danger. Ils ont fait usage d’armes de guerre, du jamais vu en Suisse».

Les évadés proviennent du canton du Jura pour le Suisse de 52 ans et de Neuchâtel pour le Bosniaque de 34 ans, membre des Pink Panthers, des braqueurs de bijouteries. «Son appartenance à une bande organisée n’avait pas été communiquée au Service pénitentiaire» , a précisé la ministre.

Personnel choqué

Le personnel n’a, selon la ministre, commis aucune faute. Menacés, l’agent de sécurité et les deux agents de détention ont agi de manière adéquate, en se mettant à l’abri et en protégeant les autres détenus. Néanmoins, ils sont choqués. L’un des agents de sécurité a dû être hospitalisé.

«Les fugitifs courent toujours, annonce Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale. Malgré un important dispositif leur véhicule n’a pas pu être repéré.»

«Aux EPO, des mesures de sécurité immédiates ont été prises», indique le directeur de la prison, Denis Pieren. Le secteur sport ne sera plus utilisé jusqu’à ce que la sécurité soit améliorée. Il sera procédé à une analyse complète de tous les dossiers des détenus qui appartiendraient à une organisation mafieuse ou criminelle susceptible d’organiser une évasion.

Propositions au gouvernement

Depuis 1995, aucune évasion ne s’était produite aux EPO, rappelle le directeur. En 1992, le fugitif suisse se trouvait déjà à Bochuz et il avait déjà profité de l’évasion du pirate de l’air Hussein Hariri pour se faire la belle.

Suite à l’audit de sécurité effectué dans les prisons vaudoises, Béatrice Métraux fera des propositions au Conseil d’Etat à la rentrée, ainsi qu’à ses collègues des autres cantons. Elles concerneront la vidéosurveillance, l’organisation du personnel et les infrastructures.