Au centre-ville de Berne, un air de calme après la tempête règne aux abords du Tribunal pénal régional en ce mardi matin. A notre arrivée sur place, vers 10h45, deux chevaux stoïques patientent devant le bâtiment, à deux pas de la gare. Sur leurs dos, des policiers déployés au sein d’un important dispositif, au deuxième jour du procès de 22 membres de deux clubs de motards rivaux, les Hells Angels et les Bandidos. Ils doivent répondre de rixe, et pour deux d’entre eux de tentative d’homicide, en lien avec des affrontements survenus à Belp en 2019.