Le Conseil fédéral durcit les sanctions à l’encontre de la Damas en raison de la répression exercée contre la population par les forces de sécurité. Il entend interdire l’importation et l’achat de pétrole syrien et ainsi se rallier aux mesures décrétées début septembre par l’Union européenne, précise un communiqué.

La Suisse n’a plus importé de pétrole ni de produits pétroliers en provenance de Syrie depuis plusieurs années. Les nouvelles interdictions n’auront donc pas de conséquences sur l’approvisionnement de la Suisse.La majeure partie du pétrole exporté par la Syrie est destinée à l’UE.

L’actuelle ordonnance instituant des mesures à l’encontre de la Syrie contient un embargo sur les biens d’équipement militaires, une interdiction de livrer des biens susceptibles d’être utilisés à des fins de répression interne, ainsi que des sanctions financières. Les sanctions financières ont permis le gel en Suisse de valeurs patrimoniales d’un montant de quelque 45 millions de francs.