Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le conseiller fédéral Alain Berset a dû annuler la soirée, faute de participants,
© PETER SCHNEIDER

Parlement

À Berne, les élus vaudois «snobent» Alain Berset

Le conseiller fédéral Alain Berset a failli se retrouver bredouille à une soirée où il avait invité l’entier de la députation vaudoise. Aucun socialiste ne figurait parmi les trois seuls inscrits

Tout était pourtant parti d’une bonne intention, mais le conseiller fédéral Alain Berset dînera finalement seul mardi soir.

Quatre fois trois semaines par année, durant les sessions parlementaires, les élus romands se côtoient au sein des séances de travail ou d’invitations officielles. Le conseiller fédéral fribourgeois Alain Berset a pris comme habitude d’inviter la députation d’un canton particulier à partager, le temps d’une soirée, un repas informel. Au début du mois de février, il a donc convié les dix-neuf élus vaudois des chambres fédérales à un dîner fixé pour le 15 mars. Mais cette semaine, le socialiste a dû annuler la partie, faute de participants. «Je prendrai personnellement contact avec les trois personnes inscrites», a-t-il indiqué, dans un mail adressé aux Vaudois. Parmi eux, aucun socialiste.

Le chef de groupe du PS Roger Nordmann ne souhaite pas s’exprimer sur cette affaire. Idem pour son collègue Jean Christophe Schwaab. Rebecca Ruiz évoque, de son côté, des raisons d’agenda.

Il n’empêche que pour les PLR inscrits, cette abstention est incompréhensible. «La participation à une telle invitation est pour moi une évidence», répond, bon élève, Fathi Derder. «Il s’agit, même symboliquement, d’entourer le ministre. De plus, c’est une opportunité de faire avancer nos dossiers. Il est dès lors permis de s’interroger sur la nature des relations entre les élus socialistes et leur conseiller fédéral!» La porte-parole d’Alain Berset, Nicole Lamon, récuse, elle, toute «crispation politique».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a