La Suisse a extradé vers la Serbie-et-Monténégro le terroriste présumé Ridvan Rashiti, considéré comme le chef d'un groupement extrémiste albanais, a annoncé jeudi l'Office fédéral de la justice (OFJ). Agé de 31 ans, il est notamment soupçonné de fourniture d'armes, de munitions et d'argent au profit d'une organisation terroriste.

Trois fonctionnaires serbes se sont envolés mercredi soir de Zurich à destination de Belgrade en compagnie du suspect, a précisé l'OFJ. Ce ressortissant serbo-monténégrin avait été arrêté en janvier 2004 à son domicile dans le canton de Glaris, sur la base d'un mandat de recherche international d'Interpol Belgrade. Il est considéré comme le dirigeant du «Fonds national albanais», une organisation liée à la milice Armata Kombëtare Shqiptare (AKSh – Armée nationale albanaise). Il est également soupçonné d'avoir fourni une aide financière à cette organisation depuis l'étranger et d'avoir assuré son équipement.

Début 2003, l'AKSh a appelé à la lutte armée contre la Macédoine et la Serbie-et-Monténégro. L'administration de l'ONU au Kosovo l'a classée dans les organisations terroristes.

Respect des droits de l'homme

Se fondant sur la Convention européenne d'extradition, l'OFJ avait autorisé l'extradition vers la Serbie-et-Monténégro le 7 avril 2004. Le 8 juillet, le Tribunal fédéral avait admis un recours et renvoyé le cas à l'OFJ pour une nouvelle évaluation. Après que la demande d'extradition eut été complétée et des garanties données, notamment en matière de droits de l'homme, l'OFJ a une nouvelle fois autorisé l'extradition le 3 décembre dernier.

Le 28 février dernier, le Tribunal fédéral a rejeté le recours contre l'extradition ainsi que l'invocation de la nature politique de l'infraction. Des garanties ont été données par la Serbie-et-Monténégro. Les autorités suisses ont notamment la possibilité de rendre visite en tout temps à l'intéressé dans son lieu de détention, de s'entretenir avec lui sans surveillance et de suivre la procédure pénale engagée contre lui.