élections 

A Berne, Hans Stöckli et l'UDC Werner Salzmann sont élus

La Verte Regula Rytz n'a pas été élue dimanche lors du second tour de l'élection au Conseil des Etats. La PLR Christa Markwalder termine dernière. Au Tessin, la socialiste Marina Carobbio créé la surprise en évinçant le PDC Filippo Lombardi

Le canton de Berne sera représenté au Conseil des Etats par le socialiste Hans Stöckli et l'UDC Werner Salzmann. La Verte Regula Rytz n'a pas réussi dimanche à créer la surprise lors du second tour de l'élection à la Chambre des cantons.

L'ancien maire de Bienne a terminé en tête avec 157 750 suffrages devant Werner Salzmann, qui a recueilli lui 154 586 suffrages. La présidente des Verts suisses Regula Rytz n'a pas réussi son pari en terminant à la 3e place avec 141 337 suffrages. Comme attendu, la PLR Christa Markwalder se classe dernière avec 115 163 suffrages.

L'effet femme et l'élan écologique n'ont donc pas été déterminants lors du second tour de l'élection au Conseil des Etats. L'accession à la Chambre des cantons d'un duo rose-vert aurait constitué une première pour le canton de Berne. La participation s'est élevée dimanche à 44,4%.

L'UDC est donc parvenue à reconquérir son siège perdu au profit du PBD avec le président de sa section cantonale. Même avec des ténors comme Adrian Amstutz ou Albert Rösti, elle n'était pas parvenue à retrouver ce siège en 2011 et 2015. Le parti a obtenu dimanche des suffrages au-delà de son électorat traditionnel. Au 1er tour, le conseiller aux Etats Hans Stöckli avait terminé en tête devant la présidente des Verts suisses Regula Rytz.

Résultats historiques dans le Tessin

Séisme au Tessin: le conseiller aux Etats tessinois PDC Filippo Lombardi n'a pas été réélu dimanche au 2e tour des élections à la Chambre cantons. Le PLR a également perdu son siège. Marco Chiesa (UDC) et Marina Carobbio (PS) sont élus 

L’UDC Marco Chiesa, avec plus de 40 000 voix, a obtenu le meilleur score. Il est suivi par la socialiste Marina Carobbio qui a devancé de 45 votes seulement le sénateur sortant Filippo Lombardi (PDC) qui briguait son sixième mandat consécutif. Le candidat libéral-radical Giovanni Merlini n’a pas atteint 32% des suffrages.

Pour la première fois de son histoire, le Tessin élit une femme socialiste au Conseil des Etats. La présidente sortante du Conseil national, Marina Carobbio Guscetti, 53 ans, médecin à Lumino aux portes de Bellinzone, a réussi à détrôner le sénateur sortant Filippo Lombardi, 63 ans, qui partait pourtant favori pour décrocher son sixième mandat consécutif.

Tout s’est décidé lors du dépouillement des deux dernières communes, celles de Bellinzone et Locarno. Le résultat final en faveur de la socialiste a été de 45 voix soit 36’469 contre 36’424 pour Filippo Lombardi.

Pour la première fois aussi depuis la fin du 19e siècle, le PLR tessinois n’est plus représenté à la Chambre des cantons. Avec 33 278 voix, l’avocat luganais Giovanni Merlini a réalisé le moins bon score de cette élection.

En revanche le candidat de la liste conjointe Lega/UDC Marco Chiesa a réalisé un excellent résultat personnel décrochant 42 552 suffrages. La participation au vote a été de 47,1%.

Lire aussi: Hans Stöckli, dernier ambassadeur des francophones bernois

A St-Gall, nouvel échec pour l'UDC

A St-Gall, les deux conseillers aux Etats sortants du canton de St-Gall ont été réélus. Au second tour, Benedikt Würth (PDC) et Paul Rechsteiner (PS) ont clairement devancé le candidat de l'UDC Roland Rino Büchel.

Ministre st-gallois très populaire, le démocrate-chrétien avait succédé au printemps dernier à Karin Keller-Sutter (PLR) à la Chambre des cantons. Il a manqué la majorité absolue pour 501 voix le 20 octobre dernier au premier tour. Dimanche, il a été réélu avec 77 893 voix. Le taux de participation a atteint 36,01%.

Soutenu par les Verts, son collègue socialiste a obtenu un troisième mandat au Conseil des Etats en réunissant 62 750 suffrages. L'ancien président de l'Union syndicale suisse est sénateur depuis 2011. Auparavant, il avait siégé au Conseil national durant 25 ans, à partir de 1986.

Derrière les deux sortants, le conseiller national Roland Rino Büchel n'a pas eu l'ombre d'une chance, malgré le soutien du PLR qui avait retiré Marcel Dobler de la course après le premier tour. Devancé par Paul Rechsteiner même dans des communes de taille modeste, il n'a rassemblé que 45'904 votants.

L'UDC échoue ainsi une nouvelle fois face au socialiste. En 2011, Toni Brunner avait déjà dû s'incliner face à Paul Rechsteiner, alors qu'il était encore président du parti suisse. Rebelotte quatre ans plus tard avec la défaite du conseiller national Thomas Müller.

A Zoug, la candidate verte nettement battue

Zoug reste représenté par un duo formé du PDC et du PLR au Conseil des Etats. Les citoyens ont élu dimanche au second tour l'ancien ministre libéral-radical Matthias Michel. Ce dernier rejoint ainsi le sénateur sortant Peter Hegglin (PDC) réélu au premier tour.

Agé de 56 ans, Matthias Michel a obtenu 17 206 voix. Il figurait déjà en deuxième position, le 20 octobre dernier, derrière le sortant démocrate-chrétien. Il y a un mois, le libéral-radical se trouvait au coude-à-coude avec le conseiller d'Etat UDC Heinz Tännler. Dimanche, il a toutefois creusé l'écart. Son principal adversaire n'a réuni que 13'857 suffrages.

Troisième de ce second tour, la candidate écologiste Tabea Zimmermann a été nettement distancée. Seuls 6949 citoyens ont inscrit son nom sur le bulletin de vote. Le taux de participation est élevé: il a atteint 50,5%.

Cette semi-défaite des Verts est compensée par l'élection d'une des leurs au Conseil national, le 20 octobre, Manuela Weichelt-Picard. Cette ancienne ministre cantonale y a ravi le siège dévolu jusqu'ici au PLR. Les libéraux-radicaux se sont rassurés dimanche en maintenant leur fauteuil au Conseil des Etats. Depuis 50 ans, ils y forment un duo inséparable avec le PDC.

Publicité