Coup sur coup, les annonces se sont enchaînées. Belgique, Pays-Bas, République tchèque, Irlande se sont donné le mot en début de semaine, chacun y allant de sa mesure forte. Imitant les trois pays baltes et la Pologne, les quatre pays ont décidé d’expulser des diplomates russes soupçonnés d’espionnage, en réaction à la guerre d’invasion conduite par Moscou en Ukraine. Presque au même moment, le renseignement ukrainien a publié une liste de plus de 600 noms qualifiés d’officiers du FSB (le renseignement du Kremlin) répartis dans le monde.