«Manque de courage.» C’est par ces termes que les Vert·e·s ont accueilli vendredi les nouvelles propositions du Conseil fédéral pour réviser la loi sur le CO2. A cette critique, et à celles qui ne manqueront pas de venir des grévistes (du climat ou de la faim), la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga apporte une réponse pragmatique: «Nous devons prendre acte du vote négatif de juin. La population ne veut pas de taxe ou d’interdiction. Nous n’avancerions pas si nous présentions de telles propositions.»