Des activistes pour le climat ont entamé vendredi un sit-in sur une place centrale de la vieille-ville de Berne pour demander des objectifs climatiques plus ambitieux. Comme le nombre de participants était supérieur à quinze, la police est intervenue.

Cette action de protestation, qui s’est déroulée vers midi, avait été autorisée par les autorités municipales bernoises, mais à la condition que le nombre des participants ne dépasse les quinze personnes, le maximum autorisé dans le cadre des mesures de protection contre la pandémie de Covid-19.

La police cantonale bernoise a donc demandé à une centaine de personnes de quitter le rassemblement, a constaté un journaliste de Keystone-ATS. Des manifestations ont également lieu dans une quinzaine de villes de Suisse à l’occasion de la grève internationale du climat.

«On ne peut pas recycler le temps perdu»

A Saint-Gall, environ 150 personnes, essentiellement des jeunes, se sont rassemblées en petits groupes pour un sit-in. «On ne peut pas recycler le temps perdu» et «Si le climat était une banque, il y a longtemps qu’on l’aurait sauvé», pouvait-on lire sur des banderoles.

Lire aussi: A Lausanne, la grève du climat est source de tensions politiques

En raison de la pandémie, les organisateurs ont renoncé à un cortège dans les rues de Saint-Gall. La police était présente. Les manifestants portaient tous des masques et ils respectaient la distance entre eux.

Cette action en faveur du climat a lieu dans plus de 50 pays sous la devise #NoMoreEmptyPromises.