C'est avec un couteau de poche qu'un jeune Suisse de 19 ans a tué un retraité montheysan de 60 ans, samedi 4 janvier à Bex (LT du 9 janvier). L'auteur présumé aurait poignardé sa victime à une vingtaine de reprises. Les coups portés au thorax ont atteint mortellement le coeur.

Même si des zones d'ombre persistent, les enquêteurs en savent un peu plus sur les mobiles et les circonstances de cet homicide. Mardi 7 janvier, les policiers valaisans effectuent à Bex une perquisition au domicile familial du jeune homme, interpellé et incarcéré la veille pour différents vols – notamment des bourses de sommelière – perpétrés en Valais. La commune étant située dans le canton de Vaud, ils sont accompagnés de leurs homologues vaudois. Au cours de la perquisition, la mère confie aux policiers que son fils lui a avoué un autre crime: après une dispute qui a mal tourné, il aurait tué un homme et a abandonné son corps. Interrogé sur cette confession, le jeune homme dément dans un premier temps, puis il finit par confirmer ses aveux. En suivant les indications du prévenu, les policiers découvrent le cadavre dans les bois de Bex le mardi en fin d'après-midi. Il s'agissait d'un Montheysan, porté disparu depuis le 5 janvier.

Coffre de voiture

Selon les déclarations de l'auteur présumé, la victime, un Italien naturalisé suisse avec lequel il entretenait des relations d'ordre amical, se serait rendue chez lui samedi soir. Le sexagénaire lui devait une petite somme d'argent (quelques centaines de francs). Mais comme celui-ci n'avait rien apporté, une dispute, puis une bagarre ont éclaté dans la salle de séjour. C'est à ce moment que le jeune homme a sorti son couteau suisse et a asséné plusieurs coups.

Ne sachant que faire du cadavre, l'auteur présumé contacte plusieurs amis et leur demande de se rendre chez lui. Horrifiés par ce qu'ils y découvrent, la plupart d'entre eux préfèrent s'enfuir. Seul un ressortissant des Balkans de 20 ans accepte de l'aider à se débarrasser du corps, qu'ils hissent dans le coffre de la voiture de la victime. Ils abandonnent le cadavre dans la forêt des Dévens en le dissimulant sous des branchages, laissent le véhicule, puis s'occupent de faire disparaître les traces de l'homicide au domicile avant le retour de la mère. Le complice a également été interpellé.

Les enquêteurs tentent d'en savoir davantage sur les liens entre le meurtrier présumé et sa victime. D'autant plus que celle-ci était aussi connue par d'autres jeunes de la région chablaisienne. La justice vaudoise, en charge de l'instruction, souhaite découvrir s'il y avait d'autres différends entre les deux protagonistes de ce drame. Car l'hypothèse d'une rixe provoquée par une simple dette d'argent ne se base que sur les déclarations du prévenu.