Les partenaires d'Expo.02 sont décidément nombreux à connaître des difficultés financières. Après Orange et SAirGroup, un troisième investisseur invoque à son tour cette raison pour se retirer du projet. Seule différence: cette fois-ci, il ne s'agit pas du contenu mais des infrastructures que la manifestation tente de mettre en place pour accueillir les visiteurs. Selon le Journal du Jura et la presse neuchâteloise, la société de remontées mécaniques grisonne Jakobshorn-Bahnen renonce à un projet d'hôtel modulaire qu'elle était censée implanter à Bienne.

Le contrat, qui portait sur un montant de 6 millions de francs, était sur le point d'être signé. «Le temps pressant, nous avons relancé l'investisseur, et c'est ainsi que nous avons appris qu'il se retirait», explique le porte-parole Laurent Paoliello. Selon le responsable des hébergements à l'Expo, Lorenz Schläfli, interrogé par l'ATS, ce retrait est cette fois encore complètement lié à la vie de l'entreprise. En l'occurrence, elle invoque «des questions de liquidité interne».

Mais tout n'est pas perdu pour ce projet, qui doit permettre à l'Expo d'offrir 320 lits à ses visiteurs. L'entreprise Swisstube est déjà en discussion avec les organisateurs pour prendre la relève: «Il faudra toutefois une solution complémentaire», relève Laurent Paoliello. L'entreprise intéressée ne pourra en effet assurer que 60 modules au lieu des 80 prévus. Ce qui représente 240 lits seulement.

L'implantation d'hôtels modulaires à proximité des arteplages est la solution trouvée par Expo.02 pour pallier la faiblesse du potentiel d'hébergement dans la région des Trois-Lacs. 2000 lits devaient être offerts de cette façon, mais Lorenz Schläfli annonce déjà qu'au final, il y en aurait moins. Et au cas où ce concept ne devait pas voir le jour, les organisateurs ne sont pas à court d'idées pour assurer les 750 000 nuitées attendues, des wagons-lits aux villages de tentes.