Le retour du beau temps et de la chaleur entraîne un certain relâchement. Sous les arcades de la ville de Berne, aux arrêts de bus, voire dans les passages souterrains de la gare, les gens commencent à tomber le masque. Sur les bateaux également, la situation devient difficilement contrôlable. «Comme il fait de plus en plus chaud, nous avons de plus en plus de peine à faire respecter la discipline», témoigne Jean-Luc Rouiller, directeur de la Société de navigation sur les lacs de Neuchâtel et Morat (LNM).

Lire aussi: Les sociétés de navigation font la moue