Urbanisme

Bientôt un mur de grimpe géant au cœur de Zurich?

Des architectes proposent de construire des voies d’escalade sur les façades d’un silo à grain propriété de Coop au centre-ville

A Zurich, la tour Swissmill ne laisse pas indifférent. Du haut de ses 118 mètres, le bâtiment sur le bord de la Limmat est l’un des plus hauts de la ville, après la Prime Tower (126 mètres). La population a accepté en 2011 la construction de ce grand silo à grain, propriété de Coop, défendu par la municipalité rose-verte au nom du maintien de l’industrie au centre-ville. Mais, depuis qu’elle est sortie de terre, la tour s’attire les critiques des riverains.

Ses quatre façades lisses dépourvues de fenêtres lui ont valu le comparatif lugubre de «stèle» géante. Et les propositions se multiplient pour dissimuler ses angles austères, que ce soit sous un voile de verdure ou de peinture, ou encore à l’aide d’installations de lumières.

Lire aussi: A Zurich, les meuniers ont leurs gratte-ciel

Une autre idée fait son chemin pour transformer l’indésirable building en l’une des plus grandes attractions de Zurich: faire de la tour Swissmill un mur de grimpe. Mercredi dans la NZZ, un trio d’architectes réuni sous le nom de Zürinordwand annonce qu’il enverra bientôt sa proposition par courrier à Coop. Car, du point de vue d’un grimpeur, ces étendues verticales ne sont pas de simples murs, mais autant de chemins vers l’ivresse des hauteurs.

Des précédents aux Etats-Unis, en Autriche et en Suisse

Le silo pourrait renforcer l’image du distributeur, celle de la ville et du quartier, avance l’un des auteurs de la proposition, cité par le quotidien zurichois, qui estime le coût d’une voie d’escalade à 10 000 francs.

Zurich ne serait pas la première ville a offrir un terrain de jeu aux alpinistes, souligne par ailleurs la NZZ, qui cite plusieurs exemples de sites de grimpe urbains. Le Whithey Peak Hotel à Reno, Etats-Unis, et son mur de 50 mètres. A Vienne, une ancienne tour antiaérienne de 34 mètres s’est parée de 20 voies d’escalade. Mais la Suisse n’est pas en reste, avec le pont de Pérolles à Fribourg, 70 mètres. Ou encore le barrage du lac de Luzzone, au Tessin, qui permet une escapade jusqu’à 165 mètres de hauteur et passe pour la plus haute voie d’escalade intégrée à une infrastructure existante.

Publicité