Au premier abord, les gens pourraient paraître un peu renfermés et peu enclins à la discussion. Toutefois, cela ne s'avère être qu'une impression. Durant des siècles, ces communes possédaient une position clé sur un passage alpin fréquenté. En effet, le col d'Albrun fut largement utilisé jusqu'au Moyen-Age. Depuis, émigration et faible desserte publique ont certes fait perdre à la vallée son aura passée. Les maisons de bois séculaires de Mühlebach et les résidences patriciennes de la place du village d'Ernen rappellent toutefois la richesse et la puissance politiques des familles d'antan.

A deux pas du Piémont

Lieu de passage, la vallée de Binn a conservé un domaine de randonnée considérable et bien entretenu. Dans le bistrot de Fäld, ces touristes venus de France ne cachent pas leurs motivations: «Pas moins de douze sentiers sont répertoriés, nous pouvons donc rester dans la région trois, quatre jours.» Peut-être iront-ils jusqu'au parc naturel Veglia-Devero situé dans le Piémont voisin? Les sportifs ne sont pas en reste puisque de nombreuses pistes cyclables s'offrent à eux.

La vallée des minéraux

«Mais le Binntal possède un patrimoine minéralogique unique et mondialement reconnu», relève fièrement le président de la commune de Binn, Beat Tenisch. Sur les 300 minéraux répertoriés en Suisse, 200 proviennent de cette seule vallée.

La responsable de l'office du tourisme local souligne que, pour les enfants, «l'image de trésors enfouis colle à la vallée».

Dans les champs de seigle de Grengiols fleurit à la mi-mai une tulipe sauvage amenée autrefois de Méditerranée au travers des sentiers muletiers, remarquablement restaurés. Plus loin, dans les gorges de Twingi, pousse à même la roche dès le moi de juin la très rare giroflée valaisanne.

Le «parc paysager du Binntal»

«Depuis 1964, la partie supérieure de la vallée est protégée» souligne Beat Tenisch. «Les trois communes veulent conserver leur patrimoine culturel et naturel. Elles cherchent à l'exploiter durablement.» Amadé Zenzünen a donc la charge d'aménager «le parc paysager du Binntal». «Il s'agit de développer l'économie en harmonie avec la protection des biotopes locaux. Agriculture, tourisme et artisanat doivent tirer parti des avantages du paysage en le ménageant», constate-t-il.

Six bus quotidiens

L'apport des «bus de vallées alpines» s'inscrit donc parfaitement dans la volonté des responsables du Binntal. Les touristes pourront profiter des six bus qui partiront quotidiennement de Fiesch dans la vallée de Conches. Et, tandis que les touristes découvriront ce joyau des Alpes, la Binna continuera de s'écouler paisiblement dans les gorges , suivant son cours jusqu'au Rhône.