Quinze années après la révolution de 1845, alors que le nouveau pouvoir vaudois était traversé par une première grave crise, Louis Ruchonnet s'est imposé, aux côtés de Victor Ruffy, comme le chef de file de la nouvelle génération et du redressement radicaux. Un radicalisme qui aura pour vocation de s'efforcer, jusqu'à la rupture, survenue à la fin des années 1880, de conserver sous son aile le socialisme en gestation.

Né en 1834, avocat, Helvétien, franc-maçon, l'homme politique est associé à la création de l'organe politique du parti, La Revue, ainsi que de plusieurs institutions mutuellistes. Au Conseil d'Etat vaudois (1868-1874), il réformera l'enseignement supérieur. Conseiller fédéral de 1881 à sa mort, en 1893, il s'occupera brièvement d'agriculture et de commerce, avant de passer au Département de justice et police. Il occupa la fonction de président de la Confédération en 1883 et 1890.