Eric Widmer. Les parcours de vie de l'adolescence au grand âge. Collection Le savoir suisse. 2007.

Le Temps: De plus en plus de personnes âgées écrivent leurs Mémoires. Est-ce nouveau?

Eric Widmer: Depuis le XIXe siècle, la tendance biographique existe. Mais elle se limitait aux dirigeants. Puis cela est allé en se démocratisant avec la scolarité obligatoire. La société s'est développée en proposant des manières standards de passer sa vie. La vie est peu à peu devenue un projet individuel avec des normes fixées. Les gens prennent aujourd'hui conscience qu'ils sont ou ont été orientateurs de leur propre parcours. Il y a donc une progression continue du style biographique. Même les gens ordinaires se disent qu'ils ont des vies qui valent la peine d'être vécues et racontées.

- Mais cela ne traduit-il pas un certain échec, une solitude? Après tout, pourquoi ne pas se raconter à haute voix, en direct, avec son petit-fils sur les genoux...

- Je ne relie pas la publication de ce type de récit à un «esseulement». De manière générale, les personnes âgées sont bien intégrées. Se raconter, se créer, pourquoi pas, des personnages donnent un sens à la vie. C'est une communion avec les autres. Elles s'affirment ainsi comme des sujets actifs de leur vie, de leur temps. Utiliser par exemple une technique telle que l'écriture par ordinateur complète des formes plus traditionnelles de la confidence, comme la conversation ou la veillée.