Depuis le 1er juillet dernier, Birgit Sambeth Glasner est le nouveau visage de la Fédération suisse des avocats (FSA), une organisation forte de quelque 11 500 membres. Seconde femme élue à cette présidence en 120 ans d’histoire, la Genevoise, spécialiste de la médiation et de la restructuration d’entreprises, commence son mandat alors que les temps sont plutôt agités pour la corporation. Avec les Pandora Papers, l’image de la profession en a pris encore un coup. Dans ce tableau de l’opacité financière internationale, l’avocat est présenté comme l’artisan incontournable des montages tortueux et de la multiplication des sociétés offshore permettant de camoufler les avoirs siphonnés par des élites souvent corrompues ou d’abriter l’argent de contribuables peu solidaires.