Après ceux de CarPostal, les (ex-)dirigeants de la compagnie BLS et des Transports publics de Lucerne (VBL) font l’objet d’une poursuite pénale en relation avec le versement de subventions indues. L’Office fédéral des transports (OFT) annonce mardi l’ouverture de deux procédures pour fraude.

Le directeur général de BLS, Bernard Guillelmon, avait annoncé en septembre qu’il mettrait un terme à son mandat le 31 octobre. Cette décision faisait suite à la publication d’un rapport du Contrôle fédéral des finances (CDF) et à un audit confié au consultant PwC par la compagnie elle-même. Un résumé de l’expertise déposée par PwC a été rendu public mardi. BLS a reconnu les erreurs commises mais estime que l’ouverture d’une procédure pénale est injustifiée. «Le rapport ne contient aucune référence à des faits répréhensibles sur le plan pénal», écrit la compagnie dans un communiqué. L’OFT a un avis différent.