Les 25 véhicules de luxe séquestrés par le parquet genevois dans l’affaire Teodorin Obiang seront bel et bien vendus aux enchères le 29 septembre par la société Bonhams. La République de Guinée équatoriale a tenté de bloquer l’opération, via des mesures provisionnelles, en arguant que les conditions négociées dans le cadre de l’ordonnance de classement n’étaient pas respectées. Sans succès. Le Tribunal civil vient de rejeter cette requête, a appris Le Temps.

Séquestrés depuis fin 2016 dans le cadre de la procédure en blanchiment d’argent et gestion déloyale des intérêts publics menée contre le fils du président de Guinée équatoriale, les véhicules, détenus par une société et un membre du clan Obiang, ont fait l’objet des discussions ayant abouti à l’accord de février 2019.