Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Ce vendredi, suite à un second éboulement en 48 heures, des roches ont à nouveau atteint le village de Bondo dans les Grisons.
© Keystone / Gian Ehrenzeller

Dangers naturels

A Bondo, les Alpes souffrent du réchauffement climatique

Dans les Grisons, le réchauffement du permafrost et la fonte d’un glacier semblent avoir contribué à provoquer l’écroulement du Piz Cengalo. La communauté scientifique s’attend à de nouveaux événements dans cette région très surveillée

Les Alpes ont rarement connu pareil événement ces derniers siècles. Recherchés par cent vingt policiers et secouristes, huit randonneurs sont toujours portés disparus. L’espoir de retrouver des survivants s’amenuise. Au total, douze bâtiments ont été endommagés ou détruits, dont cinq dans le village de Bondo, dans le Val Bregaglia. Selon la maire de la commune, Anna Giacometti, les sentiers de randonnées avaient été classés «dangereux» dès le 14 août dernier et des panneaux avaient été installés. L’éboulement était attendu.

Ce mercredi vers 9h30, une masse rocheuse d’environ quatre millions de mètres cubes s’est détachée de la paroi du Piz Cengalo. Dans les minutes qui ont suivi l’écroulement, boues, roches et glaces ont formé plusieurs laves torrentielles qui ont envahi Bondo, heureusement déserté par ses 200 habitants. Un nouvel éboulement s’est produit ce vendredi vers 16h30. A nouveau, des roches ont atteint l’agglomération, sans faire de blessés. Les habitants qui avaient été autorisés à regagner leur domicile ont à nouveau dû quitter les lieux.

Lire notre éditorial: Quand la montagne s’éveillera

Le Piz Cengalo, site sensible

Situé dans le massif du Bergell, le Piz Cengalo culmine à 3369 mètres d’altitude. L’office des dangers naturels des Grisons y observe régulièrement des chutes de pierres. Selon le géologue cantonal valaisan Raphaël Mayoraz, «Contrairement au schiste, le granit très compact du massif génère des événements rares mais de gros volume». En décembre 2011, 1,5 million de mètres cubes de roches s’étaient écroulés dans une vallée inhabitée. A la suite de cet incident, un système d’alarme a été installé. Il a permis aux pompiers et policiers grisons d’évacuer les habitants de Bondo dans les jours qui ont précédé l’événement de ce mercredi.

Le granit très compact du massif génère des événements rares mais de gros volume

Similaire à la dizaine de systèmes installés dans les Alpes suisses, constitué de radars, de lasers et d’appareils optiques parmi lesquels des webcams, le système de surveillance du Piz Cengalo a permis de prévoir l’événement avec une précision rare. Par ailleurs, un dépotoir avait été bâti pour retenir les éventuelles laves torrentielles crachées par le glacier qui surplombe Bondo. Même s’il a fini par déborder, l’ouvrage a permis de limiter les dégâts matériels.

La Suisse est constellée d’une multitudes d’ouvrages de protection destinés à prévenir avalanches, éboulements et laves torrentielles. Mais pour les scientifiques, l’écroulement du Piz Cengalo était inarrêtable. Filets et digues sont conçus pour des blocs rocheux dont les volumes peuvent aller jusqu’à vingt mètres cubes. Dans le Val Bregaglia, l’écroulement a généré des blocs de plusieurs centaines de mètres cubes. Par ailleurs, un million de mètres cubes de roche en mouvement restent accrochés au flanc de la montagne.

Réchauffement du permafrost

Entre fortes chaleurs et violents orages, l’été qui s’achève a rapidement dénudé les glaciers, déjà affaiblis par de trop faibles précipitations hivernales. Celui qui se situe au pied de la paroi rocheuse a peut-être joué un rôle déterminant dans la cascade d’événements observés ce mercredi. En se retirant progressivement, il a pu déstabiliser la base du Piz Cengalo. Les blocs qui se sont écroulés sur sa langue ont aussi pu liquéfier ses glaces et aggraver les laves torrentielles qui ont déferlé sur Bondo.

Il est fort probable que la dégradation du permafrost ait joué un rôle dans le déclenchement de l’événement

Il est sans doute trop tôt pour répondre à ces questions. Selon le géologue Raphaël Mayoraz, «l’influence de la fonte du glacier est encore difficile à évaluer et aucune hypothèse n’a été confirmée pour l’instant». Pour le géomorphologue Christophe Lambiel, de l’université de Lausanne, «il est fort probable que la dégradation du permafrost dans le massif ait joué un rôle dans le déclenchement de l’événement». Il prévient: «Nous pouvons nous attendre à d’autres éboulements dans les jours, semaines ou mois à venir.»

Nouveaux événements attendus

Pour Ludovic Ravanel, spécialiste de la dynamique des territoires de montagne au CNRS, «les montagnes sont des châteaux de cartes». Le géomorphologue insiste: «De nombreux paramètres interviennent dans la stabilité du permafrost». Les événements importants trouvent souvent leur origine dans une suite de micro-événements et l’éboulement de 2011 a peut-être contribué à déstabiliser les roches. Par ailleurs, les chaleurs de l’été n’ont pas encore gagné les profondeurs du massif. Pour lui aussi, «il y aura forcément d’autres événements qui vont suivre!»

L’écroulement survenu dans les Grisons s’est probablement préparé pendant des milliers d’années

Spécialiste du permafrost à l’Institut WSL pour l’étude de la neige et des avalanches SLF, à Davos, Marcia Phillips observe un réchauffement graduel du permafrost depuis une vingtaine d’années. Elle prévient: «Nous n’avons pas de forages dans le Piz Cengalo. Nous souhaitions installer des appareils dans la roche, mais le site était à la fois dangereux et trop difficile d’accès». Selon la scientifique, qui rappelle que les événements d’importance répondent à de multiples facteurs, «l’écroulement survenu dans les Grisons s’est probablement préparé pendant des milliers d’années.»

Lire aussi: Comment le réchauffement climatique transforme les Alpes

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a