«La Russie n’est pas prête à examiner les offres de médiation pour des pourparlers avec l’Ukraine émanant de pays qui ont adhéré aux sanctions anti-russes.» Ces propos, tenus mercredi 16 mars sur la chaîne russe RBC par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov n’ont pas fait trop de vagues sous la coupole fédérale.