Le blocus annoncé par les patrons d'entreprises françaises de transport routier n'a posé des problèmes qu'à la douane de Bâle. Les aires de dégagement de l'autoroute ont été vite saturées lundi matin, occupées par des centaines de poids lourds dans l'impossibilité d'entrer sur territoire français. Une file d'un kilomètre et demi de camions s'est constituée sur la voie de droite de l'autoroute, près du tunnel du Schwarzwald. Les voitures et les bus ont dû prendre leur mal en patience pour atteindre le poste de douane, puis franchir au ralenti le barrage filtrant des camionneurs français.

Aux postes-frontières de Suisse romande, les transporteurs français ont immobilisé leurs camions aux abords des douanes de Boncourt, Vallorbe et Bardonnex, sans susciter de grosses difficultés de trafic. A la frontière ajoulote de Boncourt-Delle, une vingtaine de poids lourds ont organisé un barrage, imposant un gymkhana aux automobilistes et aux bus. Malgré cet inconvénient, la circulation n'a pas été véritablement ralentie. Comme partout ailleurs, les camionneurs ont empêché l'entrée des poids lourds sur sol français. Avertis de l'opération, les routiers suisses avaient décidé de ne pas se présenter au poste de douane. En fin de journée, seuls une douzaine de camions étaient bloqués à Boncourt, espérant dédouaner leurs marchandises et passer mardi matin.

Au poste voisin de Fahy, pas de blocus et une circulation tout à fait normale. Tout au plus les douaniers ont-ils vu passer plus de camions qu'habituellement, notamment des véhicules ayant rebroussé chemin à Boncourt. Le trafic était tout aussi normal dans le canton de Neuchâtel, en particulier à Col France au-dessus du Locle.

A Vallorbe comme à Boncourt, les camionneurs de France voisine ont organisé un barrage filtrant avec une trentaine de semi-remorques, empêchant le transit poids lourd de Suisse vers la France. La circulation des véhicules de tourisme n'a pas été affectée.