Dès qu’elle a eu vent de possibles piratages informatiques dans le cadre de l’affaire Giroud, l’Interprofession valaisanne de la vigne et du vin (IVV) a fait renforcer son système informatique, a déclaré jeudi le porte-parole de l’IVV, Yvan Aymon, au «Nouvelliste».

«Nous avons vérifié tout le système et les e-mails dès que nous avons entendu parler de possibles piratages, détaille Yvan Aymon. Nous pensions également être une cible idéale. A première vue, tout est cependant OK. Il semblerait qu’aucun problème n’ait été détecté.»

Pour l’IVV, les derniers développements de l’affaire semblent de toute évidence surréalistes: «Cette histoire, c’est Chicago! s’est enflammé Yvan Aymon. Piratage informatique, détective privé, espion, mais où est-ce que cela va s’arrêter?»

Le porte-parole le déplore: «Depuis plusieurs semaines, nous sommes victimes de cette affaire, a-t-il encore déclaré au «Nouvelliste». Dominique Giroud a dans un premier temps faussé le marché puis il nuit à l’image de nos produits et fait du mal aux autres caves. Nous faisons tout ce qui est de notre possible pour nous détacher de ces agissements et conserver les coudées franches.»