Transports

Bras de fer autour du TGV franco-suisse

La présidente du gouvernement vaudois est fâchée contre TGV Lyria, qui modifie son offre entre Lausanne et Paris

Deux présidentes fâchées cosignent et adressent une lettre de protestation à Andreas Meyer, directeur général des CFF, et Guillaume Pepy, PDG de la SNCF. Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat vaudois, et Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, désapprouvent l’intention de la filiale des deux compagnies, TGV Lyria, de supprimer l’une des paires de correspondances entre Lausanne et Paris au changement d’horaire du 15 décembre 2019. Révélé par 20 minutes, le projet fait rugir des deux côtés de la frontière.

Marie-Guite Dufay a réuni mardi les membres du Comité de suivi TGV Lyria. Des représentants des villes de Lausanne, Dijon, Pontarlier et Dole y ont participé. Au terme de la réunion, la présidente était catégorique: «Nous sommes totalement et unanimement opposés à cette suppression», a-t-elle tweeté. Celle-ci est d’autant plus mal perçue à Lausanne que le canton de Vaud n’en a pas été formellement informé.