Voici un bref survol des résistances à attendre face aux coupes budgétaires.

Trafic. Le programme de construction des routes nationales devrait être amputé de 88 millions en 2006 et de 100 millions en 2007. Cela concernera en particulier l'achèvement de l'A16 (Transjurane), de l'A5 (contournement de Bienne et évitement de Serrières) et de l'A9 (Haut-Valais). Les cantons concernés manifesteront leur désapprobation samedi prochain à Berne. Il est en outre prévu de réduire les subventions versées au trafic régional de 30 millions en 2006 et de 40 millions en 2007. A cela s'ajoute la menace qui plane sur le remboursement des taxes sur les carburants aux entreprises concessionnaires. L'Union des transports publics (UTP) craint que tout cela n'entraîne «une réduction de l'offre dans les régions».

Prévoyance sociale. Les montants mis à la disposition des cantons pour alléger les primes d'assurance maladie pour les familles nécessiteuses sont amputés de 125 millions en 2006, de 84 millions en 2007 et de 101 millions en 2008. Des économies sont également prévues dans le cadre de la cinquième révision de l'assurance invalidité. La Confédération envisage en outre de réduire sa contribution à l'assurance chômage de 0,15 à 0,12% de la somme des salaires soumis à cotisation, ce qui permet d'économiser 70 à 75 millions par an.

Défense nationale. Déjà très sollicité ces dernières années, le département de Samuel Schmid est invité à diminuer son budget de 130 à 180 millions supplémentaires par an. Les dépenses d'armement sont les premières visées.

Formation et recherche. Les hautes écoles universitaires recevront 30 millions de moins en 2006, 80 en 2007 et 180 en 2008. La promotion de l'innovation touchera 20 millions de moins par an. Ces décisions provoquent des grincements de dents dans les milieux académiques.

Agriculture. 85 millions de moins en 2006, 50 millions par an les deux années suivantes: les paysans font eux aussi les frais du programme d'austérité du gouvernement. Ce sont notamment les mesures de soutien au marché qui seront moins importantes que prévu.

Relations avec l'étranger. La croissance de l'aide au développement ne décollera pas ces prochaines années. Et l'aide aux pays de l'Est obligera à faire certains choix. Ces deux domaines doivent économiser 52 millions en 2006, 81 millions en 2007 et 66 millions en 2008 par rapport au précédent plan financier.