«Je me représente, mais c’est la dernière fois», promet Daniel Brélaz. Devenu parlementaire il y a quarante ans – c’était en 1979 –, le Vaudois de 69 ans désire rempiler lors des élections fédérales d’octobre. La relève ne partage toutefois pas cette vision des choses. Place aux nouveaux talents, clament les jeunes écologistes du canton, qui aimeraient que leur parti se tourne vers de nouveaux candidats lors de leur assemblée générale de mars. Le principal intéressé n’a pas la moindre intention de leur donner raison.