Vaud

Brélaz ciao?

Pilier des Verts vaudois, le conseiller national de 69 ans Daniel Brélaz désire briguer un nouveau mandat sous la coupole fédérale. Les jeunes du parti ont d’autres projets

«Je me représente, mais c’est la dernière fois», promet Daniel Brélaz. Devenu parlementaire il y a quarante ans – c’était en 1979 –, le Vaudois de 69 ans désire rempiler lors des élections fédérales d’octobre. La relève ne partage toutefois pas cette vision des choses. Place aux nouveaux talents, clament les jeunes écologistes du canton, qui aimeraient que leur parti se tourne vers de nouveaux candidats lors de leur assemblée générale de mars. Le principal intéressé n’a pas la moindre intention de leur donner raison.

«Ce n’est pas le profil dont les Verts ont besoin»

Né en 1950, Daniel Brélaz fait partie intégrale du paysage politique suisse depuis des décennies. Premier parlementaire écologiste du monde, il a passé dix ans au Conseil national dans les années 80, entre 1979 et 1989, avant d’y revenir pour un mandat entre 2007 et 2011, puis à nouveau en 2015. Il a aussi usé les bancs de la municipalité de Lausanne pendant plus de vingt-six ans, «la quatrième plus longue performance depuis 1803», dit-il, dont quinze en tant que syndic. Très populaire dans sa ville, ce grand et costaud personnage ne passe pas inaperçu et les médias le lui rendent bien.