L'essentiel

En Allemagne, des manifestations anti-restrictions ont eu lieu dans tout le pays, malgré le risque de troisième vague pointé par les autorités sanitaires. Hier, en fin de journée, une trentaine de personnes sont, elles, allées faire leurs courses dans un supermarché sans masque.  

Selon un sondage publié dans le Blick, plus de la moitié (56%) des adultes de Suisse souhaitent être vaccinés. Mais des différences se dessinent entre les régions linguistiques: moins d'un quart des personnes (23%) sondées en Suisse romande veulent être vaccinées. 

Retrouvez notre suivi de la journée de vendredi


■ Au Brésil, Lula reçoit une première dose de vaccin

L'ex-président du Brésil appelle également la population à «éviter les rassemblements» au moment où le pays affronte une deuxième vague épidémique particulièrement virulente.

Mercredi, s'exprimant pour la première fois en public depuis qu'il a recouvré ses droits politiques, l'ancien président avait vivement critiqué la gestion calamiteuse de la pandémie de coronavirus - qui a fait plus de 275.000 morts au Brésil - par le président d'extrême droite Jair Bolsonaro, fustigeant les «décisions imbéciles» du gouvernement. «Toutes les personnes qui sont obligées de travailler, qui ne peuvent pas rester chez elles, doivent être vaccinées, c'est le devoir du gouvernement de garantir les vaccins», a ajouté aujourd'hui l'ancien syndicaliste, fondateur du Parti des travailleurs.


■ Allemagne: manifestations anti-restrictions malgré le risque de 3e vague

Plusieurs manifestations anti-restrictions ont réuni des milliers de personnes dans plusieurs villes d'Allemagne, malgré le risque de troisième vague pointé par les autorités sanitaires. A Munich, la police annonce avoir dispersé une manifestation réunissant plusieurs milliers de personnes près du siège du parlement bavarois. Quelque 2 000 personnes, selon la police, ont aussi manifesté à Düsseldorf (ouest), où un défilé d'une centaine de camping-cars a traversé la ville pour protester contre les mesures.

A Dresde (Saxe), des centaines de personnes, dont des militants d'extrême droite et anti-vaccin, ont manifesté, selon la police locale, non loin du parlement de l'Etat-région. La plupart des manifestants ne portaient pas de masque et ne respectaient pas les distances. Des rassemblements étaient annoncés durant le week-end dans d'autres villes d'Allemagne, comme Kiel, Hanovre ou Magdebourg.

Les restrictions restent sévères en Allemagne, avec la fermeture depuis des mois des bars, restaurants, lieux culturels et sportifs ou encore des magasins jugés non essentiels. Angela Merkel et les dirigeants des 16 Etats-régions doivent faire un point d'étape et négocier d'éventuelles nouvelles mesures le 22 mars.


■ En Jordanie, colère après sept décès causés par une panne d'oxygène en réanimation

Sept malades, en réanimation dans un hôpital près d'Amman, sont décédés à la suite d'une panne d'alimentation en oxygène, provoquant une vive émotion dans le pays et la colère du roi en plein regain de l'épidémie en Jordanie. Le ministre de la Santé Nazir Obeidat a présenté sa démission, acceptée par le Premier ministre Bicher al-Khasawneh. Ce dernier a ensuite déclaré à des journalistes que le directeur de l'hôpital avait été démis de ses fonctions. 

La Jordanie a annoncé cette semaine l'extension du couvre-feu en vigueur depuis le 24 février ainsi que la fermeture des jardins publics, des écoles et universités, des clubs sportifs et des hammams, face au regain de l'épidémie dans le pays. Le royaume de 10 millions d'habitants a enregistré plus de 464.000 cas d'infection, dont 5.200 décès, selon les autorités. Depuis le lancement en janvier de sa campagne de vaccination, 65.000 personnes ont reçu au moins une dose du vaccin germano-américain Pfizer/BioNTech ou du vaccin chinois Sinopharm.


■ Face à une hausse de cas, l'Ethiopie démarre les vaccinations

Le deuxième Etat le plus peuplé d'Afrique (environ 110 millions d'habitants) a reçu la semaine dernière 2,2 millions de doses fabriquées par le Serum Institute indien, dans le cadre de l'initiative Covax qui vise à faciliter l'accès des pays pauvres aux vaccins. L'Ethiopie entend vacciner 20% de sa population d'ici la fin de l'année, en commençant par les personnels de santé.

Jusqu'ici, l'Ethiopie enregistre 172,571 cas, soit le plus grand nombre en Afrique de l'Est et le cinquième à l'échelle du continent. Le pays a recensé 2.510 décès. Au cours du dernier mois, les cas et les décès ont tous deux augmenté de 11% par semaine en moyenne, selon Africa CDC, le Centre de contrôle et de prévention des maladies de l'Union africaine. En Afrique de l'Est, le Kenya ainsi que le Rwanda et l'Ouganda ont récemment débuté leur campagne de vaccination.


■ La Tunisie lance sa campagne de vaccination avec un mois de retard

Au centre de vaccination d'El Menzah à Tunis, environ 300 infirmiers, médecins et réanimateurs dans des services Covid-19 de la capitale ont été vaccinés dans la matinée. La Tunisie avait reçu mardi 30.000 doses du vaccin russe Spoutnik V.

«Avec le lancement de la vaccination, on passe un cap très important dans la lutte contre cette pandémie. On peut finalement voir la fin du tunnel», assure le docteur Abdelmoumen Samir, membre de la cellule de lutte contre le coronavirus.

La Tunisie, qui compte 11,7 millions d'habitants, est le dernier pays du Maghreb à lancer sa campagne de vaccination. Le Maroc, l'Algérie mais aussi l'Egypte ont débuté leur campagne fin janvier.


■ Union européenne: cinq Etats veulent discuter de la répartition des vaccins

L'Autriche, la République tchèque, la Slovénie, la Bulgarie et la Lettonie appellent à des discussions «le plus tôt possible» entre les 27 dirigeants européens sur les énormes disparités de distribution des vaccins dans l'UE, selon une lettre publiée aujourd'hui.

Vendredi, le chancelier autrichien Sebastian Kurz avait accusé certains Etats membres de l'Union européenne (UE), sans les nommer, d'avoir négocié en coulisses «des contrats» avec des laboratoires, fustigeant une répartition inégale des vaccins contre le Covid entre pays.

Un haut responsable de l'UE, qui confirme la réception de la lettre des cinq, a rappelé qu'un sommet des 27 dirigeants de l'UE est prévu pour le 25 et 26 mars et que «la coordination de la lutte contre la pandémie était le premier point sur l'agenda».


■ Vaccin: AstraZeneca annonce de nouvelles réductions de livraison à l'UE

Confronté à des difficultés de production, le groupe avait décidé de recourir à ses sites de production en dehors de l'UE pour livrer les 27 mais «malheureusement, des restrictions d'exportations réduiront les livraisons au premier trimestre» et «vraisemblablement» au deuxième, selon un porte-parole du groupe. Les livraisons seraient ramenées à 30 millions de doses à fin mars, contre 120 millions annoncés le mois dernier.

Très critiquée pour la lenteur des livraisons en Europe et les retards du groupe AstraZeneca, la Commission européenne, qui a négocié les contrats au nom de ses 27 Etats membres, table sur une montée en puissance des livraisons au deuxième trimestre. Elles pourraient atteindre le rythme moyen de 100 millions de doses par mois d'avril à juin tous vaccins confondus, soit 300 millions pour l'ensemble du trimestre. La Commission européenne vise 70% d'Européens vaccinés d'ici la fin de l'été.


■ Plus de la moitié des adultes de Suisse souhaitent être vaccinés

Selon un sondage publié par le Blick, 56% souhaitent «certainement» ou «plutôt» se faire vacciner. 

Parmi les 18-34 ans, 48 % répondent vouloir «certainement» ou «plutôt» se faire vacciner, selon l'enquête réalisée par l'institut de sondage Link, qui a interrogé 1172 personnes début mars. Ce taux grimpe à 55% chez les 35-50 ans et à 73% chez les personnes âgées de 51 à 79 ans.

Des différences se dessinent entre les régions linguistiques. Moins d'un quart des personnes (23%) sondées en Suisse romande veulent être vaccinées. Contre 41% au Tessin et 43% en Suisse alémanique.


■ La manifestation en hommage à une jeune Londonienne tuée annulée

Les organisatrices d'une manifestation en hommage à Sarah Everard, une jeune Londonienne enlevée et tuée alors qu'elle rentrait chez elle, renoncent à maintenir l'événement prévu aujourd'hui à Londres face au refus de la police, en raison des règles anticoronavirus.

Le mouvement avait saisi vendredi la justice pour contester le refus de la police de Londres de laisser l'événement se tenir, en vain.


■ A Martigny, des manifestations contre les mesures sanitaires 

Hier, vers 18 heures, une trentaines de personnes se sont rendues dans un centre commercial de la ville valaisanne afin d'y faire leurs courses sans masque sanitaire de protection. En voyant la police, la moitié d’entre elles a immédiatement mis son masque, tandis que l'autre a pris la fuite. Plusieurs amendes d’ordre ont été délivrées au solde du groupe. Les investigations sont en cours afin d’identifier et dénoncer les organisateurs.