Suisse-UE

Bruxelles accentue sa pression sur la Suisse 

Tandis que le Conseil fédéral publie son message explicatif sur l’accord institutionnel, la Commission européenne donne la consigne de ne plus rien négocier avec la Suisse

Encore un coup de semonce en provenance de Bruxelles! Ce n’est pas vraiment nouveau, mais cette fois, c’est le plus prestigieux des journaux suisses, le Neue Zürcher Zeitung, qui sort le scoop en première page. A la fin de l’année dernière, le commissaire européen Johannes Hahn avait déjà prévenu que sans accord-cadre, la Suisse pourrait se voir privée de l’actualisation des accords sectoriels existants en plus de ne pas pouvoir en conclure d’autres. Ces derniers jours, la Commission a encore accentué sa pression.

La Suisse «infréquentable» 

C’est plus précisément le secrétaire général de l’institution, l’Allemand Martin Selmayr, ex-bras droit de Jean-Claude Juncker mais toujours à la manœuvre de la Commission, qui a préparé cette missive datée du 10 janvier et cosignée par la cheffe de cabinet du président Jean-Claude Juncker, l’Espagnole Clara Martinez. L’influent haut dignitaire de l’UE y invite les directeurs généraux, les chefs de cabinet et de service à stopper tout rapport avec une Suisse devenue à l’évidence «infréquentable». Du moins jusqu’à ce qu’une «solution satisfaisante» soit trouvée sur l’accord-cadre que le Conseil fédéral a mis en consultation dans le cadre d’une procédure interactive inédite.