La Suisse et l’UE vont-elles repartir sur de meilleures bases après la douche froide du 26 mai et la fin abrupte des négociations sur l’accord-cadre? Le conseiller fédéral et patron des Affaires étrangères, Ignazio Cassis – dont c’était la toute première visite officielle à Bruxelles –, a admis avoir eu de «bons échanges» avec ses interlocuteurs et trouvé une Commission européenne «ouverte» à ce dialogue politique. Mais pour les choses concrètes, il lui faudra encore attendre un peu.

Le Tessinois a d’abord rencontré le commissaire au Budget et responsable informel du dossier suisse depuis 2018, l’Autrichien Johannes Hahn, et cela pendant deux heures. C’est Johannes Hahn qui avait accompagné la décision de l’équipe Juncker de ne plus reconnaître l’équivalence de la bourse suisse.