Diminuer les salaires de 1% dans la fonction publique. Inédite, iconoclaste et impopulaire, la «mesure de solidarité» proposée par le Conseil d’Etat genevois pour le projet de budget 2021 n’aura pas fait long feu. Face à la mobilisation des fonctionnaires et à l’opposition unanime de la Commission des finances ce mercredi, le gouvernement l’a retirée. Une victoire d’étape pour le Cartel intersyndical, qui entame les véritables négociations rasséréné.

Crise institutionnelle, budget attaqué de toutes parts, pandémie: les mauvaises nouvelles s’accumulent pour le Conseil d’Etat genevois. Critiquée même à droite, la baisse des salaires des fonctionnaires aurait-elle été proposée dans le seul but d’être retirée? Si c’est le cas, pourquoi l’avoir fait avant les débats au Grand Conseil? La ministre des Finances, Nathalie Fontanet, s’en défend et avance trois raisons ayant mené à l’abandon de la mesure. L’aggravation de la pandémie et la nécessité de maintenir la motivation des membres de la fonction publique qui sont au front, le besoin de rassembler la population et, enfin, l’opposition politique. «Dans les circonstances actuelles très difficiles, cette mesure est vécue comme un manque de reconnaissance, concède la conseillère d’Etat. Mais lorsque nous l’avons annoncée au sortir de la première vague, certains la saluaient, estimant urgent de briser un tabou et soulignant le fait que les membres de la fonction publique conservent la sécurité de leur emploi et leur pleine rémunération durant la crise.»